Signification mandala

Mandala macrocosme et microcosme

Avec cette image il y a enfin création, et rien n’est présenté à l’exactitude des derniers rêves.

Ici macrocosme et microcosme s’agencent.

Le carré est le macrocosme : la cellule familiale, depuis laquelle viennent deux fils qui tendent comme deux polarités (féminin et masculin : la mère et son amant) à se rejoindre pour supporter le cercle d’or inscrit dans le carré. Ces deux polarités rouges sont l’Eros ici qualifié de "doux" par le rêveur (les poils sont la rencontre intérieure de son masculin) et cette attirance pour l’Eros peut peut-être être comprise comme une attirance pour le Soi.

Le cercle d’or comme Logos n’est pas le fait de "tendre vers la recherche de la mère" à l’inverse du symbole de la rose mais son complet opposé : s’il y a recherche du féminin il se fait par l’éros non pas pour être materné mais pour féconder. Ainsi ce cercle qui tend à mettre l’or à l’extérieur peut-être compris comme un dégoût de la luxure.

Lorsque les fils touchent à deux le cercle, pourquoi ne pas y mettre l’œuf-matrice ?
Cet athanor, cette "coquille du social" turquoise et rose à la fois (encore deux polarités), ne peut-être en effet maintenue que par ce dégoût de la luxure et c’est ainsi que masculin et féminin peuvent réussir à se côtoyer.

Ce mandala une fois complet, ce Soi presqu’intemporel est destiné à faire ressortir de cette table les 3 plumes blanches (accès à la différence des générations, accès au vouloir de la fonction paternelle), c’est ce qui marque le moins comme une évidence pour moi.

Ce dessin est un vrai recentrage.


Plan du site | Partenaires | Légal | Contact