Signification mandala

Le mandala symbole universel

Le mandala est une représentation que l’on retrouve dans toutes les cultures.

Fort de ce constat, en se basant notamment sur la symbolique utilisée par les alchimistes, Jung entend apporter une preuve quant à la structure de l’inconscient.

L’inconscient jungien est régit par des formes a priori, des matrices, appelées archétypes, qui se remplissent au fur et à mesure des expériences du sujet. S’il n’est pas possible d’accéder à cet inconscient (qui se définit justement en opposition avec la conscience), il est en revanche possible d’observer des projections de ces archétypes. L’une des projections archétypales s’observe dans les mandalas produits par les Hommes depuis qu’ils existent.

PNG - 302.4 ko
Calendrier Maya

Preuve jungienne de la structure de l’inconscient

Dans son ouvrage Mysterium conjunctionis, Jung résume sa démarche :

Albin Michel Tome 1 page 166 : "Il est sans doute inutile de souligner l’importance que revêtent au point de vue psychologique ces affirmations historiques (Jung venant de rappeler que, pour les alchimistes du Moyen-Age, Adam était une image de la totalité psychique, un symbole du Soi).

Elles nous fournissent de précieuses indications sur la manière d’interpréter les symboles oniriques qui leur sont parallèles. En établissant la nature psychique d’idées considérées primitivement comme des propositions métaphysiques, loin de déprécier celles-ci, nous apportons une confirmation de leur réalité.

Nous les soustrayons à l’inaccessible domaine métaphysique sur lequel, on le sait, l’intelligence humaine ne peut rien affirmer de démontrable, et ainsi nous en terminons avec l’insoluble question de la preuve de la vérité.

Nous nous installons purement et simplement sur le terrain des faits en reconnaissant que la structure archétypique de l’inconscient ne cesse d’engendrer, au-delà de toutes traditions, des figures qui réapparaissent dans l’histoire de toutes les époques et de tous les peuples, et qu’il les revêt de cette numinosité et de cette signification qui, depuis toujours, leur appartiennent en propre."

La numinosité du mandala

Ainsi, le mandala est l’une de ces formes indissociables de l’humain. De ce constat découle l’hypothèse d’un inconscient structuré de telle manière que des productions identiques jaillissent ici ou là dans l’histoire de l’humanité. Le mandala est donc une image qui permet de révéler un élément de cette structure inconsciente qui s’impose à nous, dans la délimitation d’un cercle et la recherche du centre.

Dans l’acte de création d’un mandala, l’Homme projette cet inconscient commun à tous, ce que Jung appelle l’inconscient collectif, en opposition à l’inconscient individuel qui se constitue chez chacun au fur et à mesure de ses expériences, sur le modèle de l’inconscient freudien constitué par des refoulements.

En se laissant aller à dessiner un mandala, on laisse libre cours à l’expression de notre inconscient. En conséquence, suite à cette création, une interprétation est toujours possible pour tenter d’élargir son champ de conscience et de repousser sans cesse la frontière entre conscient et inconscient.


Plan du site | Partenaires | Légal | Contact